Suzanne Jongmans recycle les grands maîtres de la peinture

Suzanne Jongmans, fotografia povera

Suzanne Jongmans (artiste pluridisciplinaire néerlandaise,
née en 1978), recycle des matériaux industriels ou des rebuts d’emballage dans
le but de recréer des costumes de cours aux connotations luxueuses et
élitistes. Elle s'inspire presque essentiellement de la peinture flamande du
15° siècle au 17° siècle, (Holbein, Cranach, Rembrandt, Rogier van der Weyden, etc.),
avec quelques fois des incursions dans le domaine de la peinture espagnole du
siècle d'or, notamment Velázquez et Francisco de Zurbarán ou la peinture française de l'école de Fontainebleau.

suzanne-jongmans_photography_kindred-spirits

© Suzanne Jongmans

Non seulement elle reproduit de manière très convaincante l'apparence des
vêtements aristocratiques, mais par son choix des modèles et le maquillage elle
procure à ses figures un aspect pictural, voire artificiel, proche des
personnages de cire de Madame Tussaud. L'influence d'Hiroshi
Sugimoto
est assez probable, en particulier dans la série
"Portraits" où le photographe japonais s'est évertué à donner par le
cadrage et la lumière une vie factice aux mannequins.

Mais alors que Hiroshi Sugimoto amène le trouble par un effet d’hyper
réalité du factice, Suzanne Jongmans emprunte le chemin opposé pour donner à
ses modèles un aspect artificiel.

Enfin, elle emploie parfois l'anachronisme en introduisant dans la
reproduction de tableaux classiques des accessoires modernes, tels que des
écouteurs, des smartwatch ou des tatouages tribaux.

Le travail de Suzanne Jongmans repose donc en grande partie sur le principe
du porte-à-faux, du paradoxe aboutissant à un démenti interne et au
renversement des valeurs, le vil devient précieux, le luxe factice,
l'historique douteux, le contemporain invalide le passé et le passé requalifie
le présent, ainsi de suite.

Suzanne Jongmans, oeuvres (sélection)

Par Thierry Grizard

Share This